Articles in Taxonomy

Rénovation et réhabilitation des égouts

Les techniques de rénovation innovantes offrent de très importants avantages en termes de coûts globaux et de nuisance pour la collectivité. Elles permettent notamment des opérations locales, sans terrassements coûteux, sans dégradations environnementales ou de perturbation du trafic ou des activités en surface. De plus, leur efficacité est démontrée tant en matière de rétablissement de l’étanchéité, de rénovation structurelle, de suppression des infiltrations (eau, terres, etc.), d’amélioration des capacités hydrauliques, de la protection des canalisations contre les attaques chimiques, etc.

Les procédés de réhabilitation constituent des solutions techniques efficaces pour contribuer à satisfaire aux nombreux enjeux et défis que représente l’assainissement des eaux usées.

- Enjeux économiques

La présence de câbles et canalisations d’impétrants est source de difficultés techniques, de litiges juridiques et d’accidents parfois graves. Ces problèmes génèrent, entre autres, d’importants surcoûts pour les pouvoirs adjudicateurs et pour les entreprises.
L’ampleur des travaux d’assainissement nécessaires pour satisfaire aux directives européennes en la matière entraînerait, faute de solution alternative, l’ouverture de milliers de kilomètres de voiries. Vu la densité d’installations souterraines d’impétrants, surtout en milieux urbains, l’utilisation de techniques de réhabilitation offre la possibilité de limiter de manière significative ces surcoûts et de consacrer les budgets alloués aux travaux de rénovation proprement dits.

De même, dans le cas de nappes phréatiques à faible profondeur, l’exécution de tranchées nécessite un rabattement ou un blindage particulier, ce qui entraîne également des surcoûts qui peuvent être importants. Là aussi, l’utilisation de technologies nouvelles qui suppriment l’exécution de tranchées ou qui en réduisent fortement les profondeurs ont un impact très important sur le rendement économique global des projets concernés.

- Enjeux environnementaux

Nuisances / mobilité
Le maintien d’une bonne mobilité constitue une condition indispensable au bon fonctionnement et au bien-être de la collectivité. L’accessibilité, tant pour les flux de personnes que pour les flux de marchandises, est un enjeu de taille dans l’activité commerciale d’un quartier, dans la mesure où elle conditionne les échanges et l’attractivité pour les commerces et les entreprises, donc leur développement économique.
L’ampleur des travaux d’assainissement nécessaires entraînerait, faute de solution alternative, l’ouverture à court ou moyen terme de milliers de kilomètres de voiries, et donc la détérioration significative des possibilités de déplacement. L’utilisation de techniques adaptées ne nécessitant pas l’ouverture de la voirie et favorisant le maintien d’une accessibilité de qualité, participe donc à l’activité économique d’un quartier, mais répond également à des préoccupations légitimes en termes de sécurité routière, de réduction de la congestion (locale ou dans les quartiers voisins) et des émissions polluantes y associées, de maintien du cadre de vie des riverains ou du confort des usagers.

L’absence de vibrations et la très forte réduction des nuisances notamment sonores (bruits ponctuels limités aux chambres de visites de départ) constituent également un atout précieux des techniques de réhabilitation, dans le respect des conditions et de la qualité de vie dans l’environnement des chantiers.

Un nouveau problème se pose dans la réalisation des chantiers «classiques» d’égouttage: les intempéries exceptionnelles. Leur fréquence apparaît actuellement plus élevée, causant des inondations parfois graves. Ces phénomènes climatiques affectent bien entendu de manière préférentielle les chantiers de fond de vallée et de zones basses, à savoir les chantiers d’égouttage et de collecteurs. Cette multiplication d’intempéries exceptionnelles, ne constitue pas seulement un préjudice imprévisible pour les gestionnaires de chantier, mais la mise en chômage «longue durée» de sections de réseau d’égouttage, inévitable pendant la phase de chantier, est susceptible d’accentuer les dégâts pour les riverains.

Meilleure épuration des eaux
Des stations d’épuration doivent être construites et des investissements considérables sont ainsi consentis afin, in fine, de garantir la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines.

Or, l’efficacité des dispositifs de traitement des eaux usées est liée à la charge polluante et la dilution des eaux usées par les eaux de pluie a par conséquent un effet défavorable sur l’épuration. En vue d’améliorer l’efficacité du traitement des eaux usées, en particulier dans un contexte d’intempéries exceptionnelles de plus en plus fréquentes, les politiques régionales privilégient les solutions qui ne surdimensionnement  pas inutilement les installations d’épuration.
Des fuites, même légères, peuvent polluer les milieux environnants. A l’inverse, les infiltrations éventuelles venant de la nappe phréatique entraînent un surcoût du traitement des stations d’épuration. Il est donc primordial de garantir une étanchéité parfaite du réseau d’assainissement.

Les techniques de réhabilitation offrent des possibilités efficaces pour accroître l’étanchéité et supprimer les infiltrations dans des sections de canalisations parfois anciennes, à des coûts limités.

- Enjeux sociaux

Les programmes d’investissements dans les différentes régions relatifs à l’assainissement des eaux usées représentent l’emploi de plusieurs centaines de travailleurs dans le domaine de la construction et de la réhabilitation de réseaux d’égouttage. Les budgets d’investissements publics annoncés rendent nécessaires la création de plusieurs centaines d’emplois nouveaux, de manière progressive, pour l’exécution des chantiers d’assainissement par les entreprises wallonnes.

L’utilisation de nouvelles techniques à plus haute valeur ajoutée mèneront inévitablement à une revalorisation des postes de travail et à l’utilisation de personnel spécialisé hautement qualifié.

Cependant, si ces techniques de réhabilitation peuvent être très «séduisantes» en théorie, il s’agit avant tout de techniques (relativement) nouvelles qu’il convient de mettre en œuvre avec grand soin, par des entreprises hautement spécialisées. Les connaissances sur ces techniques sont donc d’une importance primordiale; c’est pourquoi le CRR s’attache continuellement à s’informer, à réunir et à accroître les informations théoriques et pratiques en la matière, en particulier en ce qui concerne les aspects de durabilité, afin de pouvoir en faire profiter tous les acteurs du secteur.