Gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés (ne contenant pas de goudron)

Domaines de travail (1)

>>

1. Caractérisation

Débris bitumineux concassés, issus de la démolition et/ou du fraisage de revêtements bitumineux (qui contiennent uniquement un liant bitumineux, mais pas de goudron).
Qualiroutes 2012: «gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés».
SB250: «gebroken asfaltgranulaat»
Selon la NBN EN 13242, la composition satisfait à: RcNR, Rcug30-, Rb10-, Ra70, Rg2-, X1- en FL5-.

2. Qualité environnementale

Dans l’EURAL (liste européenne de déchets), les débris bitumineux sont repris sous le code 17 03 02: Mélanges bitumineux ne contenant pas de goudron (de la série 17 -«Déchets de construction et de démolition»).
En raison de l’absence de goudron, la concentration en HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) est faible, et les gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés ne posent pas de problèmes à une valorisation en tant que matériau secondaire.
En outre, grâce à l’enrobage avec une part de nouveau bitume pour application dans du nouvel enrobé, la lixiviation d’éventuels polluants est diminuée.
En raison de la présence d’une substance organique comme liant (bitume), les gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés ne sont pas considérés comme une matière inerte en Région flamande alors que c’est le cas en Wallonie.

3. Possibilités d’application en construction routière

Selon la réglementation (environnementale et technique) en Région flamande, la valorisation est possible en tant que granulats pour la construction routière.
Cette valorisation est possible aussi bien dans un recyclage à chaud (dans du nouvel enrobé) que dans un traitement à froid dans une fondation en empierrement lié au ciment (type IA ou IIA; une utilisation en fondation non liée n’est pas désirée en raison de la portance limitée de ce matériau).
Pour cette application, aucun certificat d’utilisateur n’est exigé.
Par contre, le recyclage à chaud dans du nouvel enrobé exige un contrôle de qualité pour savoir si les gravillons de granulats recyclés satisfont aux exigences de la norme NBN EN 13308-8.

4. Caractéristiques environnementales des différentes méthodes de mise en œuvre

Qu’il s’agisse d’un recyclage à chaud en enrobé neuf ou d’un traitement lié au ciment, on attend que le nouveau liant diminue la lixiviation de substances toxiques éventuellement présentes. Peu de résultats de recherche scientifiques sont toutefois connus à ce sujet.
Le recyclage à chaud demande plus d’énergie que le traitement à froid parce que les gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés doivent être chauffés pour assurer une bonne réactivation de l’ancien bitume.

5. Aspects économiques

Par rapport à un nouvel enrobé, des économies (côté optimiste) de l’ordre de 5 à 30 % sont rapportées, pour des pourcentages de substitution des gravillons de granulats recyclés allant de 10 à 50 %. Plus le pourcentage de gravillons de granulats recyclés est élevé – et plus le prix d’achat de nouveau bitume est élevé -, plus l’économie sur les frais d’achat de matériaux est grande. En revanche, les autres coûts de production augmentent, à cause des adaptations exigées de la centrale d’enrobage et de son rendement inférieur.
Le traitement à froid des gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés dans une fondation liée au ciment pour construction routière est, au niveau du prix de revient, comparable à l’utilisation d’autres mélanges granulaires pour une fondation liée au ciment.

6. Expériences en Belgique

En Belgique, on a une grande expérience avec l’application d’agrégats d’enrobés dans du nouvel enrobé.
Sur les quelque 1 million de tonnes de gravillons de granulats recyclés d'enrobés hydrocarbonés produits chaque année et certifiés par COPRO, environ 870 000 t sont utilisées pour la production de nouvel enrobé (cf. règlement COPRO TRA 13).
La transformation en mélanges liés pour fondations est également assez connue et mise en pratique. Une étude a démontré que ces mélanges se comportent bien et sont certainement comparables à des modes de construction conventionnels pour fondations.
Un exemple type est l’utilisation de revêtement bitumineux concassé du Ring d’Anvers (R0) dans la nouvelle fondation liée au ciment pour la même chaussée, dans les années 2004 et 2005.

7. Conclusions et points d’intérêt

Les grandes quantités de gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés qui apparaissent chaque année lors de la rénovation de revêtements routiers bitumineux rendent obligatoire la valorisation des gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés, de préférence en nouvel enrobé. Cette pratique rencontre aussi un franc succès, grâce à l’économie pour la matière première onéreuse qu’est le bitume.
Comme alternative au recyclage à chaud dans du nouvel enrobé, on a encore (pour des gravillons de granulats recyclés d'enrobés hydrocarbonés avec un liant vieilli ou impur) la possibilité d’un traitement à froid dans un mélange en empierrement lié au ciment pour fondation. Bien que techniquement OK, cette solution offre moins d’avantages économiques que le recyclage à chaud.

8. Document de référence

En préparation.

Contact: