Les plans de livraisons d’entreprise (PLE): méthodologie et expériences pilotes

Domaines de travail (1)

>>
|

Types d´activité (1)

>>

Contexte

Les plans de livraisons d’entreprises (PLE, ou DSP pour Delivery & Servicing Plans) sont une des mesures adoptées par l’administration bruxelloise (Bruxelles Mobilité) dans le cadre du Plan stratégique pour le transport de marchandises en Région de Bruxelles-Capitale, visant à accroître l’efficacité de la gestion du transport et améliorer la fiabilité des livraisons. Ces PLE concernent les livraisons liées au fonctionnement journalier des entreprises, et non pas l’amélioration de leur(s) processus de distribution éventuel(s). En effet, les entreprises constituent l’un des acteurs principaux des chaînes logistiques en créant une demande de transport depuis leur site. Elles ont donc un rôle central dans les processus associés bien qu’elles l’ignorent la plupart du temps. Au sein d’un même organisme, les commandes des différents départements de l’entreprise (ou de l’administration, de l’hôpital, de l’université) sont encore souvent effectuées indépendamment les unes des autres, ce qui génère une logistique peu efficiente. Actuellement, les entreprises bruxelloises occupant plus de cent travailleurs sont soumises à une obligation de réaliser un diagnostic et un plan de déplacements pour leurs travailleurs et visiteurs. Si initialement les PDE concernaient tant les déplacements de personnes que de marchandises, force est de constater que le volet marchandises a été négligé, voire supprimé, dans la plupart des PDE réalisés en Région de Bruxelles-Capitale.

Objectifs

Les PLE ont pour objectif de réduire les coûts pour l’entreprise générés par les livraisons, grâce à une gestion plus efficace de ces livraisons et une réduction du nombre de trajets. Au-delà des bénéfices internes à l’entreprise, ces PLE génèrent également des gains pour la société (réduction du trafic, des émissions de CO2, de la congestion, de l’insécurité routière, etc.).

Méthodologie

Infrastructures de livraisons sur le site logistique de BNPPF
Récolte des données sur le campus Solbosch de l’ULB

Le CRR a donc été mandaté par Bruxelles Mobilité pour accompagner deux expériences pilotes menées en parallèle, respectivement avec BNP Paribas Fortis et l’Université Libre de Bruxelles. Une méthodologie s’inspirant des DSP menés ailleurs en Europe a ainsi été testée et développée grâce aux deux cas d’étude. Ce processus méthodologique comporte trois phases.

1re phase – Diagnostic

C’est l’étape de récolte et d’analyse des données afin d’établir les trois profils de l’entreprise, à savoir:

  • profil accessibilité: étudie l’accessibilité du site et les infrastructures pour recevoir les livraisons;
  • profil de livraisons: établit l’état des lieux des passages réels sur le site de tous les véhicules de service pendant au moins une semaine;
  • profil de fonctionnement interne: décrit l’ensemble des processus qui engendrent des livraisons sur le site.

2e phase – Objectifs

Suite au diagnostic, l’entreprise fixe les objectifs qu’elle souhaite atteindre en termes de réduction et d’amélioration de la gestion des livraisons.

3e phase – Mesures

La méthodologie propose une série de mesures à mettre en oeuvre afin d’atteindre les objectifs fixés. L’entreprise peut ainsi choisir celles qui sont les plus appropriées en fonction de ses moyens et de sa configuration. Un plan d’actions peut ainsi être établi en fonction des priorités et de l’horizon temporel des mesures envisagées. Par exemple, l’ULB a décidé de trois mesures phares à mettre en oeuvre, sur base du diagnostic:

  • rationalisation du nombre de fournisseurs pour certains approvisionnements;
  • création d’un itinéraire pour les livraisons sur le campus;
  • promotion des livraisons internes à vélo.

Premiers résultats

Les trois phases ont été réalisées avec les entreprises pilotes, ce qui a permis d’alimenter le processus méthodologique théorique rédigé en parallèle. Ces entreprises sont actuellement en train de mettre en oeuvre les mesures préconisées par leur plan d’actions respectif. La phase de diagnostic a déjà permis à BNPPF et à l’ULB d’obtenir une vue claire sur les flux de livraisons engendrés sur leur(s) site(s). Les chiffres ont également déjà pu être utilisés en interne (études d’incidences, PDE, services internes modifiés). Les effets globaux du plan ne pourront cependant être évalués qu’une fois l’ensemble des mesures mises en place. En effet, il s’agit principalement de mesures à moyen terme dont la réalisation dépend souvent de facteurs externes. Par exemple, dans le cas d’un remplacement de la flotte de véhicules internes par des véhicules moins polluants de type électrique, l’entreprise est contrainte par le timing du contrat de leasing en cours, et par une éventuelle phase de test préalable. Lorsque ces mesures auront été concrétisées par les entreprises, une évaluation permettra de juger de leurs effets, et de vérifier si les objectifs fixés ont été atteints.

Prochaines étapes

Toujours en collaboration avec Bruxelles Mobilité, d’autres expériences pilotes vont être menées en 2016. Pour ce faire, des entreprises aux profils différents vont être sélectionnées, et l’accompagnement du CRR sera répété. Le processus méthodologique sera ainsi enrichi par ces nouvelles expériences afin d’être représentatif de la variété des profils existants. Un workshop devrait être organisé début 2016 au cours duquel seront présentés les premiers résultats concrets obtenus par les entreprises pilotes ayant participé au projet. Finalement, le projet devrait générer la publication d’un manuel méthodologique à destination des entreprises, afin que ces dernières puissent l’appliquer de manière autonome.